Témoignage : La Société MPS opte pour le temps partagé avec insitu

Témoignage : La Société MPS opte pour le temps partagé avec insitu

La Société MPS opte pour le temps partagé pour sa fonction Responsable QHSE.

 

MPS.png

Fondée en 1992, la société MPS est spécialisée dans la conception, réalisation, commercialisation et maintenance de sanitaires publics à nettoyage automatique. Elle est l’un des leaders du marché européen. 

La collaboration MPS / Céline débute en 2013. Céline est recrutée comme Responsable Qualité Sécurité Environnement. Pleins de sujets divers et variés sont lancés : certification 9001, développement produit, dossier CE, documents uniques, étude de pénibilités etc. ... Tous les projets sont lancés, mais rapidement, une routine se met en place et les deux parties ne s’y retrouvent plus.

 « Je trouvais que l’on était un peu trop sur-staffé sur ce poste là au vu de la taille de notre entreprise » annonce M. HUGOUNENQ président de la société MPS. Céline, quant à elle s’essouffle. « Au bout d’un moment, je me suis retrouvé avec peu de projet et peu d’intérêt. Je m’ennuie vite, il me faut mille projets à la minute »

L’ennui au travail toucherait 32% des salariés européens selon une étude anglaise réalisée en 2010 par Annie Britton et Martin J. Shipley. Cela s’expliquerait concrètement par une politique d’embauche inadaptée. Le recrutement à temps complet est souvent surdimensionné pour les PME.  

Leurs envies ? Continuer ensemble mais garder chacun leurs motivations. La solution est donc venue d'insitu. Nous leur avons proposé en mars 2017, d’intégrer Céline comme collaboratrice insitu et de réduire son intervention chez MPS à trois jours par semaine. Céline intervient le reste de son temps dans d’autres PME clientes insitu ayant aussi besoin d’une responsable QSE.

Et cela fonctionne ! Céline continue aujourd’hui à suivre les méthodologies et le niveau de contrôle qu’elle avait mis en place. Il y a des tâches qui ont bien-sûr été allégées et d’autres qui ont été attribuées à d’autres services afin de pouvoir convenir à son nouvel agenda.

« Il a fallu se remettre d’accord. Il y avait des vieux réflexes en interne où on m’interrogeait sur certaines tâches dont je n’étais plus responsable. Mais dans l’ensemble ça se passe bien. » 

Pour les deux parties c’est une relation gagnant -gagnant : « C’était une bonne alternative pour réduire les coûts tout en maintenant un niveau de contrôle qualité satisfaisant à mon goût. » déclare M. HUGOUNENQ

Et de son côté Céline nous raconte : « Travailler pour insitu, m’a permis d’acquérir d’autres missions mais aussi et surtout d’autres compétences. Notamment sur la norme MASE. J’en avais entendu parler mais je n’avais jamais exercé dans une entreprise certifiée ».

Aujourd’hui le rythme entre les deux parties est trouvé « Les relations sont maintenant plus simples, selon Céline. Comme nous nous connaissons, je peux avoir un échange très franc. C’est beaucoup plus confortable. Je n’ai plus la tête dans le guidon et je suis beaucoup plus détendue. J’ai la confiance de ma direction, j’arrive à faire avancer des sujets. Nos relations sont apaisées. »

M. HUGOUNENQ ajoute « Sur des petites PME, l'offre insitu a du sens. On ne peut pas se payer une qualiticienne, un informaticien et une DRH à temps complet. Les offres insitu sont tout à fait adaptées à nos besoins »

C’est donc grâce à l’ouverture d’esprit de ces deux parties et à leurs motivations qu'insitu a pu mettre en place cette solution tout aussi simple qu’efficace.  Une belle preuve de flexibilité gagnant-gagnant.