L’économie du partage, nouveau mode de consommation qui convainc aussi le marché B2B

L’économie du partage, nouveau mode de consommation qui convainc aussi le marché B2B

L’économie du partage, ou "sharing economy", désigne les nouveaux modes de consommation permettant de partager entre utilisateur l’usage ou la consommation de produits, équipements ou services. 

Tiré par le succès d’AirBnb, un pionnier en matière d’économie collaborative, l’économie du partage se développe à toute vitesse. Ce qui pouvait passer pour une simple mode il y a encore quelques années s’est transformé en un phénomène qui produit l’effet d’un cyclone mondial.

L’économie collaborative est évidemment portée par le mode de consommation des générations Y et Z mais c’est la population dans son ensemble qui est concernée par le phénomène et ses possibilités. Près de 90 % des citoyens français auraient déjà utilisé un service collaboratif en ligne, selon les chiffres du ministère de l’Économie.

Aucun secteur ne semble pouvoir échapper aux évolutions forcées induites par l’économie du partage. Portée par le bon sens économique, ses vertus sociales et environnementales, et en B2B par la pénurie de ressource et l’innovation : on voit cette économie se développer peu à peu sur le marché des professionnels !

En effet, les économistes évaluent à cinq le nombre de secteurs portés par l’économique du partage : Trois concernent le B2C : l’hébergement, les transports, les services à la personne et deux concernent le B2B : les services dédiés aux professionnels et la finance !

Mais que partage-t-on en B2B ? 

  • Partage de biens : 

En B2B, plus qu’ailleurs, on préfère l’utilisation d’un bien plutôt que sa possession, surtout pour les biens chers et lourds en “maintenance”. Voici par exemple dans le monde agricole le « co-farming » ! Grâce à WeFarmUp, Boris agriculteur dans le Tarn a, depuis l'été dernier, loué six fois sa herse étrille à un paysan installé à 30 kms de chez lui

Les espaces de coworking sont aussi un bon exemple. On n’achète plus des locaux, désormais on les loue à la journée, voire à l’heure, et on les partage avec diverses entreprises. 

  • Partage de compétences :

Pénurie des compétences ou flexibilités des besoins aujourd’hui, le partage de compétences est de plus en plus fort ! Temps partagé ou consulting, désormais les entreprises savent partager leurs salariés.

Grâce à des intermédiaires qui facilitent la mise en réseau et la création de confiance entre individus, comme insitu. Les entreprises peuvent maintenant avoir accès à des compétences « à la carte ».

  • Partage de contenu :

Aujourd’hui on partage liens internet, articles, partenariat ! Tous se fait en réseaux grâce à un accès dématérialisé en tous lieux et tout temps.

Pour preuve on voit monter en force le nombre de conférences en ligne, dit webinaire. Une entreprise propose ses compétences pour éclairer un sujet en échange d’un contact pour un accompagnement plus complet. 

  • Partage d’argent :

Une idée, une initiative caritative, une création artistique, des étudiants ou des entrepreneurs peuvent à présent se financer, par des dons, des prêts, ou des investissements de particuliers enthousiasmés par leur projet. C’est le crowdfunding ou le crowdlending ! 


Finalement, dans un monde que l’on craint parfois trop individualiste, où le l’innovation est un axe de développement fort, et où l’on cherche des solutions pour réduire notre impact environnemental, ces nouveaux modèles offrent une alternative prometteuse que les entreprises vont s’empresser d’intégrer à leurs stratégies !